LES BESOINS DES RÉFUGIÉS ROHINGYAS SONT CONSIDÉRABLES, DANS LES CAMPS ET EN AMONT DURANT LEUR PARCOURS

J’ai été marqué par notre rencontre avec une femme qui portait dans ses bras son nouveau-né, la petite Rokaya. Elle venait d’accoucher en chemin, son mari ayant été assassiné juste avant le départ...

Chef de mission SIF au Bangladesh

Alors que plusieurs milliers de Rohingyas continuent chaque jour de chercher refuge au Bangladesh, l’équipe du SIF sur place met au point plusieurs opérations, du premier accueil des exilés ayant fui le Myanmar (ex-Birmanie) à des actions de plus long terme. Le chef de mission du SIF au Bangladesh fait le point sur la situation et le travail en cours.

 

Quelle est la situation des Rohingyas en exil du Myanmar au Bangladesh, aujourd’hui ?

Depuis la fin du mois d’août, plus d’un demi-million de Rohingyas ont fui le Myanmar vers le Bangladesh voisin. Rappelons que 420 000 étaient réfugiés dans le pays avant les récents événements. Entre 2 000 et 4 000 Rohingyas affluent encore chaque jour. Ce sont en grande majorité des enfants et des femmes, qui arrivent épuisés, en état de choc et souvent sans ressources. Les autorités bangladeshies travaillent avec les ONG pour accueillir comme elles le peuvent les Rohingyas dans des camps. Mais les besoins sont considérables, notamment en amont, durant leur parcours.

Pour rejoindre les camps au Bangladesh et être pris en charge, les Rohingyas doivent faire un long et difficile périple, d’îles en îles. Plusieurs personnes se sont noyées récemment. Une fois qu’ils ont quitté les côtes du Myanmar, une grande partie des exilés Rohingyas se rendent sur une île, point de passage intermédiaire. Arrivés sur cette île, ces familles Rohingyas sont exténuées, elles ont peur, ne savent pas forcément ce qui les attend... Elles manquent d’information et ont des difficultés pour comprendre le Bangladeshi. De là, elles doivent parcourir encore des kilomètres avant de prendre, si elles en ont les moyens, un bateau qui les conduit ensuite vers le continent. Au lieu du débarquement, elles doivent attendre sous le soleil ou la pluie – alors qu’il fait extrêmement chaud ces jours-ci – souvent sans vivres et sans eau potable.

J’ai été marqué par notre rencontre avec une femme qui portait dans ses bras son nouveau-né, la petite Rokaya. Elle venait d’accoucher en chemin, son mari ayant été assassiné juste avant le départ...

 

La petite rohingya Rokaya est née sur la route de l'exil, alors que son père a été tué en Birmanie et que sa mère tentait de trouver refuge au Bangladesh.

Quelles actions le Secours Islamique France met en place pour venir en aide aux Rohingyas ?

Nous privilégions dans un premier temps l’aide d’urgence, là où les besoins ne sont pas encore couverts. Comme je disais précédemment, sur l’île intermédiaire où les Rohingyas arrivent, il n’y a actuellement aucune structure pour les accueillir, à part l’aide spontanée de quelques villageois locaux. Même chose au lieu du débarquement sur le continent. Nous allons d’abord agir dès leur arrivée sur l’île intermédiaire, pour les accueillir et les aider à atteindre le lieu d’embarquement. Ensuite, nous allons assurer leur traversée vers le continent. Une fois arrivés, et en attendant leur départ vers un point d’enregistrement, ils pourront se reposer dans un lieu ombragé et auront à leur disposition de l’eau potable, des fruits et des aliments nutritifs que nous leur distribuerons.

 

L'équipe du SIF et un partenaire local mènent des actions humanitaires auprès des réfugiés Rohingyas de Birmanie au Bangladesh

Quels sont les besoins dans les camps et les actions humanitaires qui pourraient être mises en place à plus long terme ?

Il y a plusieurs camps de réfugiés Rohingyas au Bangladesh, de différentes tailles et avec des problématiques diverses. Avec notre partenaire bangladeshi, nous avons identifié plusieurs actions nécessaires pour répondre aux besoins urgents mais aussi à plus long terme. Le nombre de latrines et de douches est très insuffisant et l’eau potable risque de manquer dans les prochains mois. Les puits creusés auparavant, peu profonds et non conformes aux normes humanitaires, commencent déjà à se tarir, quand ils fonctionnent, et la situation risque de s’aggraver avec l’arrivée de la saison sèche. Il est donc utile d’intervenir à ce niveau, en mobilisant notre expertise.

Autre aspect qui n’est pour l’instant pas du tout pris en charge : le volet psycho-social. Plus de 70% des réfugiés sont des femmes et des enfants, qui ont vécu de véritables traumatismes liés aux violences au Myanmar puis à la traversée vers le Bangladesh. Certains ont même perdu un ou plusieurs proches. Ils nécessitent donc une prise en charge spécifique, surtout pour les enfants. Toutes ces opérations doivent être menées sur plusieurs mois, dans une logique de continuum : urgence, post-urgence et développement. C’est une condition nécessaire pour que l’aide que nous apportons soit efficace et durable.

 

Secours Islamique France 10 rue Galvani 91300 Massy FRANCE

Tél : (+33) 1 60 14 14 14

Le Secours Islamique France (SIF) est membre de plusieurs coalitions dont Coordination Sud, le CRID, France Générosités et le réseau VOICE. Signataire du code de conduite pour le Mouvement international de la Croix-Rouge, le SIF est également labellisé « Don en Confiance ».

Copyright © Secours Islamique France